Menu
FR

Conditions Apple en UE : accepter les pertes monétaires ou rester dans les murs

L'écosystème d'Apple a toujours été considéré comme un jardin clos en raison des restrictions qu'il imposait aux développeurs d'applications et aux utilisateurs. Les développeurs n'avaient d'autre choix que de répertorier leurs applications sur l'App Store d'Apple s'ils voulaient qu'un utilisateur iOS les installe. Et s'ils voulaient que l'utilisateur leur achète quelque chose, ils devaient traiter les paiements par l'intermédiaire du mécanisme de paiement d'Apple.

Ce système fermé rendait la vie difficile non seulement aux développeurs, qui devaient payer les 30 % de frais standard d'Apple sur les achats in-app (ou 15 % pour les petites entreprises), mais aussi aux utilisateurs. Ces derniers avaient moins de choix en matière d'applications et d'options de téléchargement que les utilisateurs de téléphones fonctionnant sous Android, puisque Google a toujours autorisé le chargement latéral des apps.

Or, cette situation est sur le point de changer. Le coupable est la future loi antitrust de l'UE, connue sous le nom de Digital Markets Act (DMA). En septembre 2023, l'App Store, le système d'exploitation iOS et le navigateur Safari, tous détenus par Apple, ont reçu le statut de "gatekeeper" en vertu de la DMA. Cela signifie que d'ici au 6 mars 2024, Cupertino devra les ouvrir à ses concurrents, sous peine de se voir infliger de lourdes amendes pouvant aller jusqu'à 10 % du chiffre d'affaires total de l'entreprise au niveau mondial.

Alors que l'échéance se rapproche, Apple a élaboré un plan pour se conformer à la DMA. Après avoir examiné ce plan, il nous apparaît clairement qu'Apple a l'intention de se conformer à la législation dans la lettre, mais certainement pas dans l'esprit. En substance, Apple propose aux développeurs un faux choix : soit ils acceptent de rester dans les limites de l'écosystème iOS, soit ils explorent d'autres méthodes de paiement et d'autres magasins d'applications - et risquent ainsi de faire faillite.

Quel est le problème avec les nouvelles conditions commerciales d'Apple en Europe ?

Le dilemme auquel les développeurs sont actuellement confrontés est le suivant : ils peuvent soit rester sur l'App Store officiel selon les conditions actuelles, soit accepter les nouvelles conditions et être soumis à la nouvelle taxe sur les technologies de base (CTF) qui pourrait leur coûter une fortune. Avant de nous pencher sur la CTF et sur ce qu'elle signifie pour les développeurs, en particulier ceux d'applications gratuites et freemium, nous énumérerons brièvement les autres parties du plan de conformité DMA d'Apple.

Apple introduit de nouvelles conditions pour les développeurs dans l'UE

Screenshot: Apple gives developers in the EU two options: stay on the current terms or accept the new news. Source: Apple

Dans le cadre de ce plan, Apple déclare qu'elle appliquera une "commission réduite " aux achats in-app. Les développeurs participant au programme d'Apple pour les petites entreprises paieront une commission de 10 % au lieu de 15 %, quel que soit le mode de paiement choisi. Les autres paieront une commission de 17 % au lieu des 30 % habituels. Si les développeurs choisissent de continuer à utiliser Apple comme processeur de paiement, ils paieront une commission supplémentaire de 3 %. Mais s'ils décident d'abandonner Apple et de passer à un autre système de paiement ou de rediriger les utilisateurs vers leur propre site pour le paiement, ils n'auront pas à payer de frais supplémentaires à Apple.

Jusque-là, tout va bien, n'est-ce pas ?

C'est lorsque nous passons à la troisième partie de ce plan directeur, la redevance sur les technologies de base, que les choses cessent d'être jolies. En fait, elles commencent à être plutôt laides.
La redevance technologique de base (RTC) est la redevance qui s'appliquera uniquement aux applications iOS dont les développeurs ont accepté les nouvelles conditions commerciales. Il est important de noter qu'elle s'appliquera à la fois aux applications iOS distribuées sur l'App Store et à celles qui sont distribuées par l'intermédiaire d'autres magasins d'applications, ou "places de marché", comme Apple les appelle.

La définition de la "première installation annuelle" n'est pas si simple

Les développeurs dont les applications auront dépassé le million de premières installations annuelles au cours des 12 derniers mois sont soumis à cette redevance. Ils devront payer une redevance de 0,50 €** à Apple pour chaque utilisateur de plus d'un million ayant installé leur application pour la première fois au cours d'une année. Au terme de ces 12 mois, les développeurs devront à nouveau s'acquitter de cette redevance, sans qu'il soit nécessaire qu'il s'agisse d'une installation à proprement parler. Les conditions applicables aux développeurs précisent que les "mises à jour d'applications ", par exemple, sont également comptabilisées comme de nouvelles installations, "tant qu'elles démarrent une nouvelle période de 12 mois ".

Types de première installation annuelle selon les nouvelles conditions d'Apple

Les applications de marketplace ou les magasins d'applications alternatifs seront encore plus mal lotis en vertu des nouvelles règles d'Apple, censées être plus favorables à la concurrence. Les développeurs qui créeront et distribueront leurs propres boutiques d'applications iOS dans l'UE devront verser à Apple un CTF de 0,50 € pour chaque utilisateur qui installera leur boutique d'applications pour la première fois au cours d'une année même si cela se produit avant que le développeur n'atteigne un million d'installations au total.

Se lancer dans la DMA et se ruiner : ce que signifie la CTF dans la pratique

Si l'une des " grandes marques ", c'est-à-dire les applications qui enregistrent plus d'un million de téléchargements par an, pouvait se permettre une telle redevance, ce seraient les applications payantes. Cependant, lorsqu'il s'agit d'applications gratuites qui gagnent de l'argent en affichant des publicités, ou d'applications "freemium" qui offrent une partie de leurs fonctionnalités gratuitement, la redevance est insurmontable.

Inutile de dire que le plan d'Apple n'a pas touché la corde sensible des développeurs. Spotify n'a pas hésité à qualifier le CTF d'"extorsion, pure et simple "*.

L'un des principaux problèmes soulevés par Spotify dans sa réponse cinglante au plan d'Apple est la position vulnérable dans laquelle il place les développeurs d'applications gratuites : *En effet, si un développeur d'une application gratuite ou freemium prend la décision malheureuse d'accepter les nouvelles conditions d'Apple dans l'UE, puis fait une percée et voit son application gagner en popularité, la dernière chose à laquelle il pense est de célébrer sa réussite, car la première chose à laquelle il doit penser est de rembourser à Apple les frais qu'il lui doit. Et, comme le souligne Spotify, rien n'empêche Apple d'augmenter les redevances à tout moment.

Pour être honnête, Apple n'a pas caché à quel point les nouvelles conditions pourraient être pénalisantes pour certains développeurs. Chacun peut estimer le montant qu'il devra payer à Apple dans le cadre de son plan de mise en conformité avec la DMA en utilisant son calculateur de frais. Prenons l'exemple d'un jeu qui a fait mouche et qui est devenu modérément viral, atteignant 2 millions d'installations dans l'UE en 12 mois. Selon les nouvelles conditions, il devrait payer à Apple 45 290 dollars par mois, alors que selon les anciennes conditions, il n'aurait rien à payer. Ce choix nous semble évident.

Vous pouvez utiliser une calculatrice pour estimer votre CTF potentiel

Dans la réalité, Apple tente de décourager les développeurs d'adopter les nouvelles conditions, qui leur auraient permis de choisir plus librement les options de distribution et de paiement. Elle parie, à juste titre, que peu d'entre eux seront prêts à risquer de se retrouver dans le rouge si leur application décolle ou connaît une hausse soudaine de popularité.

Ainsi, alors qu'Apple autorise de jure les magasins alternatifs, il existe de facto des frais de technologie de base inhibiteurs qui empêchent les applications gratuites et freemium d'entrer dans les magasins alternatifs. Dans le cas d'AdGuard, nous ne pouvons pas non plus profiter de cette offre, tout simplement parce que nous n'avons pas assez de ressources pour payer les frais de technologie de base, et nous ne sommes pas les seuls dans ce cas. La seule option qui nous reste est de rendre l'application entièrement payante, ce que nous n'avons pas l'intention de faire.

Les autorités de régulation de l'UE vont-elles l'accepter ?

Il reste à voir si les changements axés sur le DMA qu'Apple prévoit d'introduire soulèveront un problème auprès des autorités de régulation de l'UE. Comme le souligne TechCrunch, l'article 6, paragraphe 12, du DMA stipule que "le gardien applique des conditions générales d'accès équitables, raisonnables et non discriminatoires pour les utilisateurs professionnels à ses magasins d'applications logicielles, moteurs de recherche en ligne et services de réseautage social en ligne "* La redevance sur les technologies de base est-elle équitable ? Nous ne le pensons pas.

Le plan d'Apple pour se conformer au DMA est une tentative intelligente de tourner la réglementation à son avantage et de faire pression sur les développeurs pour qu'ils s'en tiennent aux anciennes conditions. En imposant des frais de technologie de base aux applications qui dépassent un certain seuil de téléchargements, Apple pénalise effectivement les développeurs qui souhaitent explorer d'autres options de distribution et de paiement. **Il s'agit d'un faux choix et d'un simulacre de liberté et de concurrence réelles dans le secteur numérique. Nous espérons que les régulateurs européens ne se laisseront pas abuser par les changements cosmétiques d'Apple et qu'ils insisteront pour que le DMA soit appliqué d'une manière qui profite réellement aux consommateurs et aux développeurs.

Vous avez aimé cet article ?

AdGuard pour Windows

AdGuard pour Windows est plus qu'un bloqueur de publicités. Il s'agit d'un outil polyvalent qui bloque les publicités, contrôle l'accès aux sites dangereux, accélère le chargement des pages et protège les enfants contre les contenus inappropriés.
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation
En savoir plus

AdGuard pour Mac

AdGuard pour Mac est un bloqueur de publicité unique conçu pour macOS. En plus de vous protéger contre les publicités gênantes dans les navigateurs et les applications, il vous protège contre le pistage, l'hameçonnage et la fraude.
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation
En savoir plus

AdGuard pour Android

AdGuard pour Android est la solution parfaite pour les appareils sur Android. Contrairement à la plupart des autres bloqueurs de publicité, AdGuard ne nécessite pas d'accès root et offre un large éventail d'options de gestion des applications.
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation

AdGuard pour iOS

Le bloqueur de publicité le plus avancé pour Safari : il vous fait oublier les fenêtres publicitaires, accélère le chargement des pages et protège vos données personnelles. Un outil de blocage manuel des éléments et des paramètres hautement personnalisables vous permettent d'adapter le filtrage à vos besoins précis.
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation

Extension de navigateur AdGuard

AdGuard est l'extension bloqueuse de pub la plus souple et rapide qui bloque tous les types de pub sur toutes les pages Web! Selectionnez le module AdGuard pour votre type de navigateur préféré et surfez le web en toute sécurité et sans publicité.
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5

AdGuard pour Safari

Au moment ou Apple a décidé de forcer tout le monde à utiliser son SDK, les extensions bloqueuses de pub pour Safari sont entrés dans une période difficile. L'extension AdGuard doit ramener le blocage des pubs dans Safari au top.
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5
App Store
Télécharger
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation

AdGuard Home

AdGuard Home est un logiciel anti-pub et anti-traçage qui fonctionne au niveau du système. Une fois installé, il fonctionnera sur TOUS vos appareils, et vous n'aurez pas besoin d'installer de logiciel-client. L'essor de l'Internet des objets et l'affluence d'appareils connectés rend nécessaire le contrôle de votre réseau dans son intégralité.
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5

Bloqueur de contenu AdGuard

AdGuard content Blocker éliminera toutes sortes d'annonces dans les navigateurs mobiles qui soutiennent la technologie de bloqueur de contenu, à savoir, Samsung Internet et Yandex Browser. Tout en étant plus limité que AdGuard sous Android, il est gratuit, facile à installer et offre encore de haute qualité de blocage des annonces.
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation
En savoir plus

Assistant AdGuard

Une extension de navigateur compagnon pour les applications pour ordinateur AdGuard. Elle offre un accès depuis le navigateur au blocage personnalisé d'éléments, à l'ajout de sites Web à la liste blanche et au signalement de bogue quelconque.
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5
Assistant pour Chrome Est-ce votre navigateur actuel ?
Installer
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation
Assistant pour Firefox Est-ce votre navigateur actuel ?
Installer
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation
Assistant pour Edge Est-ce votre navigateur actuel ?
Installer
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation
Assistant pour Opera Est-ce votre navigateur actuel ?
Installer
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation
Assistant pour Yandex Est-ce votre navigateur actuel ?
Installer
En téléchargeant le programme, vous acceptez les termes des Conditions générales d'utilisation
Assistant pour Safari Est-ce votre navigateur actuel ?
Si vous ne trouvez pas votre navigateur, essayez l'ancienne version de l'Assistant, que vous trouverez dans les paramètres de l'extension AdGuard.

AdGuard Temp Mail β

Un générateur d'adresses e-mail temporaires gratuit qui vous permet de rester anonyme et de protéger votre vie privée. Pas de spam dans votre boîte de réception principale !
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5

AdGuard pour Android TV

AdGuard pour Android TV est la seule application qui bloque les publicités, protège votre vie privée et agit comme un pare-feu pour votre Smart TV. Recevez des avertissements sur les menaces web, utilisez des DNS sécurisés et bénéficiez d'un trafic chiffré. Détendez-vous et plongez dans vos émissions préférées avec une sécurité de premier ordre et zéro publicité !
Avis des utilisateurs : 14444
4,7 sur 5
Téléchargement de AdGuard Pour installer AdGuard, cliquez le fichier indiqué par la flèche Sélectionnez « Ouvrir » et cliquez sur « OK », puis attendez que le fichier soit téléchargé. Dans la fenêtre ouverte, faites glisser l'icône AdGuard dans le dossier « Applications ». Merci d'avoir choisi AdGuard! Sélectionnez « Ouvrir » et cliquez sur « OK », puis attendez que le fichier soit téléchargé. Dans la fenêtre ouverte, cliquez sur « Installer ». Merci d'avoir choisi AdGuard!
Installer AdGuard sur votre appareil mobile