Son "Éminence grise" Facebook : comment et pourquoi les géants de la Tech vous font "choisir" vos présidents

Nous savions depuis longtemps que les réseaux sociaux peuvent avoir un impact sur le choix d'une voiture, d'un film à regarder ou d'un voyage à planifier. Il y a les publicités qui nous disent quoi acheter, il y a les recommandations et les suggestions, il y a les posts prioritaires dans les fils d'actualité qui dictent imperceptiblement notre comportement.

Mais les algorithmes peuvent-ils nous faire voter pour un candidat à la présidence plutôt que pour un autre ? Oui, ils le peuvent effectivement, comme nous allons l'illustrer ci-dessous.

Et le pire, c'est que personne ne sait exactement comment. Ni pourquoi, ni que va-t'il se passer ensuite. Mauvaise nouvelle pour les fans de théories du complot : il n'y a très probablement pas de gouvernement mondial, il y a juste un tas d'algorithmes qui ne sont pas encore assez bons pour que leurs propres développeurs soient sûrs de leur fonctionnement.

Que devons-nous faire, nous, utilisateurs, de tout cela ? Comment les médias sociaux influencent-ils exactement nos choix, tant dans la vie privée que dans la vie sociale ?

Bien sûr, Facebook n'est pas le seul à avoir un impact, mais nous mettons ici l'accent sur Facebook pour des raisons évidentes : le plus grand réseau social du monde avec la couverture la plus diversifiée d'utilisateurs dans le monde entier ; le réseau social le plus critiqué du monde (même si certains disent que les réseaux sociaux chinois peuvent rivaliser) ; le réseau social le plus scruté du monde. Mais avant de nous attaquer à Facebook, voyons un peu ce que Twitter a à nous offrir.

Mark Zuckerberg, regarde ce que tu as fait

Facebook est accusé de pas moins du "divorce national", une division fatale des États Unis en moitiés inégales. Cela peut arriver, selon les résultats d'un récent sondage Twitter posté par Rep. Marjorie Taylor Greene.

43% veulent que le pays soit divisé entre les États républicains et démocrates. Un peu plus, 47%, ont voté pour "Rester ensemble".


Greene a noté que "Twitter était une plateforme "très à gauche" et était donc biaisée". Selon elle, au départ, les résultats du sondage étaient majoritairement en faveur du "oui", mais quelques jours plus tard, "la gauche l'a attaqué" et s'est efforcée de faire baisser les chiffres.

Nous nous demandons si les opinions politiques des fondateurs et des dirigeants de Twitter ont quelque chose à voir avec cela.

Il y a en fait bien de recherches scientifiques affirmant que est un moteur de la polarisation politique des citoyens, et pas seulement aux États-Unis.

À propos, l'ancien président américain Donald Trump fait une troisième tentative pour lancer son propre réseau social. Il y a quelque temps, BBC a rapporté qu'un service semblable à Twitter, appelé TRUTH Social, "résisterait à la tyrannie des grandes entreprises technologiques". Il y aura des "vérités" à la place des tweets, et elles pourront être "réfutées".

Bien sûr, Donald Trump veut utiliser le potentiel des médias sociaux, les outils qu'ils fournissent à une personne pour s'adresser urbi et orbi. Le problème est que, depuis la campagne présidentielle de Barack Obama, les principaux médias sociaux ont commencé à être considérés non pas comme des outils mais comme des maîtres.

M. Obama a été le premier président américain à utiliser pleinement le pouvoir des médias sociaux en faveur de sa campagne. Mais cette fois, c'était une voie à sens unique. La campagne de Trump a marqué un tournant : la société et les "géants de la tech" ont reconnu les
"géants de la tech" comme un acteur politique.

Il y a un petit problème ici : un président aspirant doit au moins prétendre agir dans l'intérêt du pays et du peuple, et doit leur rendre des comptes. Or, "les géants de la tech" n'agissent que dans l'intérêt des bénéficiaires et des actionnaires.

Facebook l'acteur politique : involontaire, imprévisible, incontrôlable.

Nous doutons que Mark Zuckerberg ait voulu à l'origine que son entreprise soit un acteur politique. Il souhaiterait même probablement éviter de faire de Facebook une plateforme d'activité, de campagne et de propagande politiques, mais ce n'était guère possible. Une entreprise de l'envergure et de l'impact de Facebook ne peut pas rester en dehors de la politique. Et il ne reste pas : Facebook a dépensé plus en lobbying que n'importe quelle autre grande entreprise technologique en 2020. Par exemple, Google a dépensé 36.2% moins sur son lobby en 2020 en comparant avec 2019.

Mais le problème est que Facebook est désormais une boîte noire géante remplie d'algorithmes d'IA. Les données entrent, sont traitées, et les résultats sont souvent inattendus et inexplicables pour ses créateurs mêmes. Une armée de modérateurs s'efforce de corriger manuellement les erreurs algorithmiques, mais perd cette bataille à chaque fois.

Et ce n'est pas que Facebook. Et se ne sont pas que les États-Unis.

En octobre 2021, les développeurs de Twitter ont eu une bonne raison de se gratter la tête et de réfléchir au fonctionnement de leur version de la boîte noire de l'IA. Comme nous l'avons mentionné plus haut, Twitter est considéré comme "plutôt du parti gauche". Mais... l'entreprise a effectué une "analyse approfondie pour savoir si nos algorithmes de recommandation amplifient les contenus politiques" a montré que les algorithmes font exactement ça, et d'une manière inattendue. Les créateurs de Twitter ne savent pas pourquoi.

*Dans six des sept pays étudiés - le Canada, la France, le Japon, l'Espagne, le Royaume-Uni et les États-Unis, tous sauf l'Allemagne - les tweets postés par des comptes de la droite politique reçoivent une plus grande amplification algorithmique que ceux de la gauche politique lorsqu'ils sont étudiés en tant que groupe.

Les organismes d'information de droite, définis par les organisations indépendantes énumérées ci-dessus, bénéficient d'une plus grande amplification algorithmique sur Twitter que les organismes d'information de gauche.

Comment donc les plateformes sociales influencent-elles les éléctions ?

Elles font trois choses :

  1. Permettre aux personnalités politiques et aux médias d'utiliser les services de la plateforme pour communiquer avec les gens : officiellement, en prenant en charge des fonctions telles que les pages publiques et les groupes. Et de manière non officielle - par exemple, en vendant les données à Cambridge Analytics et d'autres de ce genre.
  2. Ils suivent leur propre agenda - probablement. Nous n'en savons rien. Mais ils ont leurs motifs, et ils ont certainement des possibilités.
  3. Ils essaient de contrôler et de comprendre le fonctionnement des algorithmes de l'IA qui peuvent développer leur propre programme.

Facebook n'est pas transparent, Facebook n'est pas un organisme unifié. Facebook a récemment commencé à restreindre l'access aux document internes à ses propres employés ainsi qu'aux outils dont ils'n'ont pas besoin pour performer leurs tâches immédiates. Facebook ne cesse de nous répéter que tout ce qui les intéresse, c'est le bonheur des gens et l'avenir radieux du monde.

Et nous sommes déjà fatiqués d'entendre ça. Une société avec son fondateur parfait qui ne mange que les animaux qu'il a tué lui-même. Un fondateur avec sa vie parfaite, sa femme parfaite, ses petits enfants adorables et son chien sympa. Qui fait des donations à gauche et à droite, se sentant toujours enthousiaste et émerveillé... Le fondateur qui a menti au Congrés et a refusé de partager des données avec les rechercheurs. Devons-nous vraiment faire confiance à ses robots ?

La presse démocrate ne cesse d'accuser Facebook pour son soutien aux républicains et inversement. Qui soutient-il réellement, et quel rôle les utilisateurs jouent-ils dans ce spectacle ?

Les grands réseaux sociaux contrôlent déjà la façon dont nous percevons le monde et dont nous agissons. Et maintenant, leurs propres développeurs ne comprennent plus comment. Mais peut-être n'est-il pas encore trop tard pour arrêter le processus et en prendre le contrôle ?

Mais l'opacité des entreprises et de leurs algorithmes n'est pas le seul aspect du problème. Les robots font des erreurs. Ils inventent des étiquettes pour les messages concernant COVID et les placent sur des messages sans rapport avec COVID, irritant les gens et créant une sorte de myopie. Ils marquent les nouvelles comme fausses et y attirent ainsi davantage d'attention.

Facebook et Instagram luttent contre les mamelles, même sur les tableaux des peintres-superstars de la Renaissance exposés dans les meilleurs musées du monde. Ils interdisent les messages sur les oignons parce que leurs robots les trouvent trop sexy.. Tout le monde peut faire des erreurs, surtout les robots, mais c'est bizarre qu'une entreprise qui construit un métavers ne puisse pas distinguer un oignon d'un sein.

Tout ça va empirer

L'organisme Brookings Institution à Washington, qui étudie les problèmes sociaux affirme:

*Notre principale conclusion, fondée sur l'examen de plus de 50 études en sciences sociales et sur des entretiens avec plus de 40 universitaires, experts en politique, activistes et personnes travaillant ou ayant travaillé dans l'industrie, est que les plateformes telles que Facebook, YouTube et Twitter ne sont probablement pas à l'origine de la polarisation politique, mais qu'elles l'exacerbent.

Il est important de clarifier ce point pour deux raisons. Premièrement, les désaveux de Facebook, dans le cadre de témoignages au Congrès et d'autres déclarations publiques, peuvent avoir brouillé les pistes dans l'esprit des législateurs et du public. Deuxièmement, alors que le pays <...> tourne son attention vers les élections de 2022, 2024 et au-delà, comprendre le rôle néfaste que les plateformes technologiques populaires peuvent jouer dans la politique américaine devrait être une priorité urgente.

Mais qu'est-ce qu'on peut faire, nous ?

Consultez la liste des biais cognitifs. Prenez votre temps. Prenez l'habitude de vérifier si vous pensez raisonnablement ou êtes manipulé.

N'oubliez pas qu'un réseau social n'est pas un terrain de jeu dans votre jardin, mais plutôt un partenaire de jeu actif et égoïste qui fait toujours partie de votre communication et de votre expression personnelle.

Désactives les annonces. Ils sont l'outil le plus direct pour vous manipuler. Merci pour l'honnêteté, mais nous allons passer. Les manipulations fonctionnent même quand on les reconnaît.

Passez à l'affichage chronologique des messages et des tweets. Zuckerberg vous renverra constamment des messages les plus récents aux messages les plus populaires. Et il continuera à changer la place du bouton "Plus récent" dans l'interface, mais n'abandonnez pas.

Réduisez votre utilisation des médias sociaux. Et oui, il y a assez de données de recherche sur ses effets positifs sur les relations et les liens avec les amis et la famille, mais il existe aussi suffisamment de recherches sur ses effets néfastes. Mais Facebook et ses équivalents n'existent pas depuis assez longtemps pour que la science puisse comprendre correctement ses nombreux effets non évidents sur les gens. Essayez une forme de désintoxication numérique - les personnes qui l'ont fait trouvent souvent cela bénéfique. Et plus la situation est anxiogène (comme, par exemple, les élections présidentielles), plus il est profitable de se tenir à l'écart des facteurs d'anxiété alimentés par des robots conçus pour faire de l'argent.

Vous devriez probablement écouter Mark Zuckerberg! Imaginons qu'il soit sincère - et que nous devrions en fait utiliser Facebook pour rester en contact avec nos parents et amis, partager des moments précieux de la vie, comme promener notre miniporc dans un parc d'automne rouge et or. Après tout, peut-être que faire de la politique et discuter de l'actualité politique sur Facebook pourrait en fait nuire à votre santé mentale?

Anna Martynova sur Actualités de l'industrie Protection des données
14 décembre 2021
En téléchargeant les commentaires, vous conformez aux termes et politiques
Un adblocker qui vous sert des pubs, M. Zuckerberg qui supprime votre visage... lisez tout dans notre digest.
Plusieurs conseils pour éviter les publicités - dans notre digest, ainsi que quelques informations importantes ou intéressantes de ce mois (presque) passé.
AdGuard v7.8 pour Windows : quelques améliorations festives et Navigation sécurisée améliorée
AdGuard vous a apporté un petit cadeau de Noël : voici AdGuard pour Windows v7.8 ! Nouvelle version de Navigation sécurisée, CoreLibs, DNSLibs, pilotes réseau WFP et TDI et corrections mineures
Début du téléchargement de AdGuard Cliquez le bouton indiqué par la flèche pour déclencher l'installation. Sélectionnez « Ouvrir » et cliquez sur « OK », puis attendez que le fichier soit téléchargé. Dans la fenêtre ouverte, faites glisser l'icône AdGuard dans le dossier « Applications ». Merci d'avoir choisi AdGuard! Sélectionnez « Ouvrir » et cliquez sur « OK », puis attendez que le fichier soit téléchargé. Dans la fenêtre ouverte, cliquez sur « Installer ». Merci d'avoir choisi AdGuard! Installer également AdGuard pour les appareils mobiles :